Veille stratégique : un outil devenu nécessité pour beaucoup d’industriels

Le baromètre Digimind 2012 témoigne de la demande croissante de services de veille concurrentielle et d’e-réputation de la part des entreprises, notamment industrielles.

Pour près de 90 % des entreprises interrogées par Digimind, éditeur de logiciels français spécialisé dans les solutions de veille stratégique, logiciels d’e-réputation et « competitive intelligence », la surveillance de la concurrence sur Internet est un enjeu majeur.

Un enseignement qui en dit long sur l’évolution d’un outil devenu nécessaire aux industriels.

« L’intérêt d’une veille stratégique pour un industriel est multiple : surveiller ce que font ses concurrents directs, se tenir au courant des mutations de son marché, anticiper les évolutions de son produit, guetter les innovations technologiques ou encore se prémunir des menaces », détaille Christophe Asselin, expert veille Internet chez Digimind.

Et de préciser : « Dans le secteur pharmaceutique par exemple, il est essentiel de faire de la veille concurrentielle, technologique et R&D pour se mettre à jour sur les innovations des concurrents. La veille sur les brevets, les publications scientifiques, les essais cliniques, les innovations est primordiale pour anticiper les évolutions ou découvrir des innovations qui peuvent être intéressantes pour l’industriel ».

LA VEILLE MUTUALISÉE, ALTERNATIVE À LA CELLULE DE VEILLE

Touchée de plein fouet par la crise économique, l’industrie a dû mettre un frein à ses dépenses secondaires. Les cellules de veille stratégique ont été les premières victimes des coupes budgétaires.

« Les postes de veille ont été particulièrement touchés ces dernières années, mais cela reste important. On constate que les processus de veille ne sont plus formalisés dans une cellule à proprement parler mais ils sont mutualisés dans l’entreprise. Plusieurs services (financiers, RH, communication…) et plusieurs collaborateurs prennent tous en charge les besoins de veille », explique Christophe Asselin.

CRISE D’IMAGE : UN IMPACT POSSIBLE SUR LES VENTES

Avec des clients comme Schneider Electric, Air Liquide ou Alstom , Digimind a pu constater l’importance de la maîtrise de l’e-réputation pour les grands groupes industriels : « Avec les crises d’image et de communication rencontrées par certains groupes auprès du grand public, les industriels ont commencé à appréhender l’impact d’un déficit d’image sur les ventes. Même si c’est complexe à mesurer, ils se sont rendu compte qu’ils ne pouvaient pas rester silencieux face aux menaces sur leur image ».

Exemples parmi d’autres, les affaires Mediator et PIP,  la marée noire de BP dans le Golfe du Mexique ou l’affaire d’espionnage de Renault ont toutes eu comme conséquence de susciter un nécessité accrue de veille : « L’e-réputation chez les industriels va passer par une maîtrise de l’image globale de l’entreprise, de l’image de la gouvernance (comme le respect de l’éthique), de l’image sociale (avec les conditions de travail, la politique RH…), et surtout l’image des dirigeants, avec les problématiques de rémunération et d’éthique », analyse l’expert.

De quelques dizaines à plusieurs centaines de milliers d’euros, les budgets consacrés à la veille varient selon la taille de l’entreprise… et au gré des crises : « Souvent les industriels viennent nous voir quand il y  eu un souci auprès de leur groupe ou d’un concurrent. Ils commencent alors à se poser des questions et sont prêts à mettre des budgets. Certains types d’entreprises ne travaillent leur réputation qu’en réactif, mais pour la plupart, aujourd’hui, c’est de la veille permanente. Si crise il y a, on met alors en place des processus d’alerte plus sévères ».

000152879

Source : usinenouvelle.com

Mots-Clés

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “Veille stratégique : un outil devenu nécessité pour beaucoup d’industriels”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
60 milliards FCFA de la BAD pour le corridor Bamako-San Pedro

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé, dans un...

Fermer