Tor n’est plus si anonyme


Le réseau décentralisé Tor n’a pas résisté à l’enquête internationale « Onymous » qui a fait tomber 410 sites illégaux vendant drogues et armes. Parmi eux, le site promis à la succession de Silk Road.

Jeudi 6 novembre, le FBI interpellait Blake Benthall, 26 ans et soupçonné d’être l’administrateur de Silk Road 2.0, une sorte d’eBay de la drogue, et bien armé pour succéder à son prédécesseur.
Cette arrestation n’était en fait qu’un élément d’une vaste opération conduite par Europol dans 16 pays européens, dont la France. Au total, 410 sites, cachés derrière le réseau décentralisé Tor, ont été fermés et 17 personnes interpellées.

« Cette action a eu pour but d’enrayer la vente, la distribution et la promotion de produits illicites et nuisibles tels que des armes et de la drogue, qui étaient vendues sur ces places de marché noires », écrit Europol dans un communiqué. Dans son filet, le bureau de police criminelle européen a également mis la main sur l’équivalent de 1 million de dollars en bitcoins, 180 000 euros, de l’or, de l’argent et de la drogue.

Ces sites étaient censés être dissimulés derrière le réseau Tor mais pourtant, les autorités sont parvenues à localiser plusieurs serveurs et administrateurs. Celles-ci ne décrivent évidemment pas comment elles ont réussi à percer le réseau en « oignon ». Dans le cas de Silk Road 2.0, il s’agit d’une infiltration d’un agent américain. Mais pour le reste, la piste d’une vulnérabilité de Tor, comme en juillet, n’est pas à exclure.

Source : pro.clubic.com

Cliquez pour connaitre les coulisses de l’opération.

Mots-Clés

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “Tor n’est plus si anonyme”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
Bien évaluer la sécurité de son entreprise : un enjeu vital

Avec la mobilité des salariés, l’export de données en dehors...

Fermer