Sécurité 2.0: Les solutions de demain


Sécurité, surveillance, gardiennage… ces concepts riment encore avec vigile, agent de sécurité ou, au mieux, système d’alarme. Pourtant, bien qu’assez répandues, ces solutions sont vouées à l’obsolescence. D’autres techniques, plus modernes, plus discrètes et plus pointues, se frayent un chemin dans cette activité à fort potentiel de développement. Il s’agit de la vidéosurveillance analytique et de la biométrie.
 . Elle est généralement utilisée à des fins de reconnaissance, d’authentification et d’identification,  pour contrôler l’accès à des lieux sensibles. L’objectif de la biométrie dans le contrôle d’accès est de gérer les interactions physiques ou virtuelles, afin de verrouiller des locaux de tous types mais aussi sécuriser l’accès à des stations informatiques et aux dossiers et fichiers jugés sensibles.
Par ailleurs, la biométrie est de plus en plus utilisée pour l’authentification d’utilisateurs lors des transactions bancaires, que ce soit pour sécuriser les paiements via des terminaux physiques ou encore lors de paiements en ligne.

Les experts parlent de deux familles de systèmes biométriques. La plus répandue implique un contact physique. Il s’agit du scan d’empreintes digitales, de la géométrie de la main ou encore l’analyse combinée d’une empreinte digitale et du réseau veineux du doigt considérée comme le nec plus ultra en la matière. L’autre se base sur une reconnaissance à distance: la photographie de l’iris, le timbre de la voix, la reconnaissance faciale et le scan simultané de l’iris et du réseau veineux de la paume de la main. A ce jour, l’outil biométrique le plus utilisé à travers le monde reste l’analyse de l’empreinte digitale. Ce process est autant utilisé au niveau du contrôle des individus (passeport, carte d’identité et permis de conduire biométrique), qu’au niveau du contrôle d’accès. Bon nombre de fabricants se positionnent sur ce segment, avec en tête d’affiche le numéro un mondial du secteur, le français Morpho du groupe Safran.

Autre système de surveillance très prisé, la vidéosurveillance analytique. Ce procédé, appelé aussi vidéosurveillance intelligente, est une technologie qui permet, au moyen de logiciels déterminés, d’identifier automatiquement dans des séquences vidéo, des objets, des comportements ou des attitudes spécifiques. Le système transforme la vidéo en données qui seront transmises, permettant au système d’agir en fonction de directives préenregistrées: actionner une caméra mobile, dans le but d’obtenir des données plus précises de la scène ou, tout simplement, envoyer une alerte au personnel de surveillance pour qu’il puisse prendre une décision sur l’intervention adéquate. Les systèmes de vidéosurveillance intelligente utilisent généralement des algorithmes mathématiques pour détecter des objets en action dans l’image et filtrer les mouvements non pertinents.

Ils créent une base de données consignant les caractéristiques de tous les objets détectés et leurs propriétés de mouvements.
Pour de grandes infrastructures, comme un réseau de transport en commun, un aéroport ou encore un complexe industriel… plus d’une centaine de caméras de surveillance peuvent être déployées. Ce qui représente une quantité colossale de vidéo à transmettre, visionner, analyser et archiver. Il devient donc impossible pour la ressource humaine (un surveillant par exemple) d’analyser toutes les données, afin d’y déceler les comportements ou événements suspects. D’autant plus que le personnel de surveillance doit gérer une multitude de tâches, telles que le contrôle d’accès, l’émission des badges/clés/permis, le traitement des appels d’urgence, le suivi des alarmes d’incendie ou encore le contrôle des communications radio.
C’est dans ces conditions précises que les avantages de  la vidéo analytique apportent des solutions. Parmi ses avantages, sa fonctionnalité 24 heures/24, sept jours par semaine. Le système peut enclencher une alarme, qui sera traitée par un opérateur humain ou commander le déplacement ou zoom d’une caméra pour une surveillance plus précise de l’événement, permettant ainsi une intervention en temps réel. L’outil réduit la bande passante et l’espace d’archivage nécessaires en ne transmettant ou n’enregistrant que des données sur des événements pertinents. Autre avantage, la vidéo analytique libère le personnel de sécurité d’une surveillance continue, tout en permettant la recherche rapide dans les séquences vidéo archivées ou encore d’identifier les objets dans une scène et suivre leur activité.
A son origine, la vidéosurveillance a d’abord été utilisée par les services publics (police, transports, administrations, armée…). Elle a ensuite été adoptée par des entreprises soucieuses de protéger des actifs stratégiques, telles que les raffineries, les centrales nucléaires, les barrages fluviaux, les usines agroalimentaires ou encore les complexes pharmaceutiques. Les casinos apparaissent aussi comme des précurseurs dans le déploiement de grands systèmes de vidéosurveillance. Ces process tendent aujourd’hui  à se généraliser puisque les caméras de surveillance sont présentes dans différents lieux publics et privés : résidences, commerces, parkings, gares, aéroports, routes, transports publics, banques, hôpitaux…

Source: leconomiste.com

Mots-Clés

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “Sécurité 2.0: Les solutions de demain”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
Sara 2015: Les 9 pôles qui dévoilent la puissance agricole

Le salon international de l’agriculture et des ressources halieutiques (Sara...

Fermer