Pourquoi il faut croire à la nouvelle donne africaine

Alors que l’Europe sort difficilement d’une crise sans précédent, le continent africain, lui, est tiré par une importante dynamique de croissance. Ce réveil espéré efface progressivement la frilosité et la défiance des investisseurs, qui, malgré les risques subsistants, se montrent à l’unanimité optimistes quant à l’avenir de l’économie africaine et souhaitent désormais dans leur majorité renforcer leurs positions et investissements sur le continent, selon une étude d’Havas Horizons (2015). Cependant, encore trop peu de grands groupes européens, et notamment français, saisissent toutes les opportunités offertes par le potentiel africain.

Longtemps restée en marge des grands enjeux économiques internationaux, l’Afrique prend aujourd’hui toute sa place sur l’échiquier mondial. Depuis 2001, le PIB continental connaît une croissance vigoureuse, avec une augmentation de 5 % par an en moyenne, dans un contexte international pourtant fortement marqué par la crise financière. Cette croissance devrait s’accélérer encore cette année, tirée en premier lieu par l’Afrique de l’Est, dont le taux de croissance moyen estimé avoisine les 7 % ; et par le binôme Afrique de l’Ouest-Afrique centrale, oscillant entre 5 et 6 %.

Cette vitalité s’explique principalement par la transformation du modèle de développement. Car si, pendant longtemps, les économies africaines ont eu tendance à s’articuler autour de revenus tirés de l’exploitation des ressources naturelles – s’exposant aux fluctuations du marché des matières premières ainsi qu’au phénomène de dégradation des termes de l’échange -, la priorité est désormais donnée à la diversification des secteurs économiques. En particulier le secteur du numérique, au centre du Forum Forbes Afrique, qui s’est tenu ce 21 juillet à Brazzaville.

L’Afrique est par ailleurs portée par un incontestable dynamisme démographique, facteur de croissance et critère déterminant pour l’investissement. Le continent comptera à l’horizon 2050 pas moins d’un humain sur quatre. Cette explosion démographique s’accompagne de l’essor d’une classe moyenne au pouvoir d’achat grandissant, estimée aujourd’hui à 300 millions de personnes.

Le continent africain a attiré le chiffre record de plus de 50  milliards de dollars d’investissements directs étrangers en 2013 et près de 80 milliards en 2014, preuve que la perception des investisseurs a changé ces dernières années. Ils y voient désormais une multitude d’opportunités et de leviers de croissance, grâce à l’extraordinaire potentiel naturel du continent (vastes surfaces agricoles, ressources minières abondantes égales à plus de 30 % des réserves mondiales), mais aussi aux besoins identifiés en termes d’innovation technologique, et notamment en termes d’infrastructures (câble, fibre optique, satellite…). L’Afrique leur apparaît dynamique, ingénieuse, agile et innovante, selon l’étude Havas Horizons, comme en témoignent les nombreuses réussites entrepreneuriales panafricaines – comme celles d’Ecobank, SPAR Group, Aspen Pharmacare – ou encore les multiples innovations, comme le « mobile-banking » et ses applications.

De grands groupes internationaux tels qu’Orange, Huawei ou encore Rocket Internet investissent massivement dans le potentiel du continent, allant jusqu’à considérer de nombreux pays africains comme des partenaires stratégiques privilégiés. Il faut aujourd’hui inciter les entreprises européennes, et plus particulièrement françaises, à saisir les opportunités offertes par le continent africain, comme le font largement la Chine, le Brésil ou la Turquie. Parallèlement, il est nécessaire d’établir un cadre structuré de collaboration pérenne sur la base de ce socle commun de valeurs économiques, sociales et sociétales.

Jean-Philippe Dorent
Pascal Lorot

Jean-Philippe Dorent est directeur général d’Havas Horizons ; Pascal Lorot est président de l’Institut Choiseul.

source : lesechos

Mots-Clés

Articles que vous pourriez aimer...

Commentaires “Pourquoi il faut croire à la nouvelle donne africaine”

  1. Kanga Ba dit :

    Ca fait rêvé tout ça, mais quand vous arrivez sur le terrain là, vous avez qui en face de vous ?
    Qui sont vos interlocuteurs ici ? Affaire d’IDH…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
L’AIIB respectera les normes internationales

Le ministre des Affaires étrangères chinois a tenté d'apaiser samedi...

Fermer