PORTS CENTRE, SUD ET OUEST-AFRICAINS : VERS LA MISE EN PLACE D’UN PLAN RÉGIONAL ENVIRONNEMENTAL

Le rôle des ports au large de l’Atlantique allant de la Mauritanie jusqu’en Afrique du Sud dans la protection de l’environnement est, depuis hier, au centre de tous les débats, à la Direction Générale du Port Autonome d’Abidjan (PAA) à Treichville.

Ce sont environ une trentaine d’experts (Etats, institutions internationales, secteur privé, société civile) qui mènent la réflexion sur l’évaluation stratégique des questions environnementales des politiques et programmes des Ports de ces régions du continent très stratégiques pour le commerce international et riches en hydrocarbures et en ressources halieutiques. «La sauvegarde de l’environnement doit être une priorité», a rappelé Rémi Allah-Kouadio, ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable.

Rien qu’en 2006, c’est par le Port d’Abidjan que des déchets toxiques ont transité, causant la mort de plusieurs personnes, ainsi que de nombreuses séquelles pour d’autres. Une telle situation, pour Hien Sié Yacouba, Directeur Général du PAA, ne devrait plus se répéter s’il y a une forte collaboration entre les institutions portuaires.

A l’issue de ce rendez-vous qui ferme ses portes demain, les experts devraient formuler de fortes recommandations aux gouvernants à travers le renforcement de la coopération environnementale. D’autant que l’objectif est d’identifier les défis environnementaux dans la région Convention d’Abidjan et d’évaluer l’influence des politiques sur la performance environnementale des ports.

La Convention d’Abidjan, entrée en vigueur en 1985 et regroupant 22 Etats, est un accord régional disposant d’une base juridique pour la coopération en matière d’environnement. Les ports, via le commerce international, assurent plus de 90% des échanges mondiaux. L’augmentation des expéditions représente des risques environnementaux allant des déchets des navires, du déversement de pétrole à l’évacuation de ballast, à la pollution atmosphérique, etc. Fin 2008, par exemple, une pollution de produits pétroliers avait eu lieu dans la région du Delta du Niger, au Sud du Nigeria, mettant en péril l’activité de la communauté bodo regroupant des villages ne vivant que de la pêche. Pour Soro Benjamin, Directeur de Cabinet du ministre des Transports, «l’enjeu est tellement majeur», que la réunion d’Abidjan vient à point nommé pour créer les conditions en faveur de ports durables.

La réunion d’Abidjan est organisée par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), en partenariat avec le PAA, le Réseau Africain des Ports pour l’Environnement (PENAF) et l’Association de Gestion des Ports de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (AGPAOC) pour l’environnement.
Source : Fraternité Matin n° 15122 du mercredi 6 mai 2015, p.17

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “PORTS CENTRE, SUD ET OUEST-AFRICAINS : VERS LA MISE EN PLACE D’UN PLAN RÉGIONAL ENVIRONNEMENTAL”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
Côte d’Ivoire : obligation de la TVA sur les opérations de transfert d’argent

Selon une note circulaire envoyée à la Confédération générale des entreprises...

Fermer