PND 2016-2020 : Résultat mitigé pour le Groupe Consultatif de Paris

Si la campagne de communication qui a entouré l’organisation du Groupe Consultatif de Paris a été sans doute onéreuse, les résultats n’ont toutefois pas été au rendez-vous. Le gouvernement revient donc de Paris avec des résultats en demi-teinte, l’obligeant à faire des sacrifices supplémentaires pour boucler le budget de son PND 2016-2020.

Parti à Paris dans le but de mobiliser les 30.000 milliards de FCFA pour le financement de son Plan National de Développement PND 2016-2020, le gouvernement ivoirien avec à sa tête le Premier Ministre, Daniel Kablan Duncan est revenu sur Abidjan avec des promesses de financement de l’ordre de 17.200 milliards de FCFA, en deçà de ses attentes. Ce « Groupe Consultatif » tenu les 17 et 18 mai derniers à Paris, a en effet permis lors de sa première journée de mobiliser 7.700 milliards de FCFA auprès des partenaires bilatéraux et multilatéraux de développement de la Côte d’Ivoire. Le pays recherchait chez ces derniers, 4.425 milliards FCFA.

Si au niveau de ces partenaires institutionnels de la Côte d’Ivoire, la moisson a été bonne, concernant le secteur privé par contre, l’objectif escompté n’a pas été atteint. La Côte d’Ivoire, qui souhaitait pour son PND 2016-2020 une participation de 60% du secteur privé, soit 18.000 milliards de FCFA, n’a récolté que 9.500 milliards de FCFA, soit la moitié du montant recherché.

La journée du secteur privé a été marquée par la présentation de 23 projets, estimés à 2.744,4 milliards de FCFA et ayant trait au secteur du transport. Ces projets comprennent entre autre : la construction d’un Bus Rapid Transit (BRT) de 100,6 kilomètres (estimés à 86 milliards de FCFA), la construction du métro d’Abidjan (estimés à 656 milliards de FCFA), la réalisation de l’aérocité de l’aéroport Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan (88 milliards de FCFA). Tous ces projets peinent à trouver preneurs.

UN ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES À PARFAIRE

L’insuffisance de mobilisation de fonds au niveau du secteur privé pourrait s’expliquer par la faiblesse des réformes allant dans le sens de l’amélioration de l’environnement des affaires dans le pays. Les investisseurs français réunis au sein du Mouvement des Entreprises de France (MEDEF) ont à la suite du Groupe Consultatif de Paris, pointé du doigt la fiscalité ivoirienne qui n’encourage pas les investisseurs et la corruption qui gangrène le pays.

En outre, au niveau de l’accès des entreprises à l’électricité, qui est l’un des indicateurs importants permettant de jauger la qualité de l’environnement des affaires dans le pays, les opérateurs économiques font face depuis plusieurs mois, à des hausses injustifiées de leurs factures électriques. Cette situation accroit les coûts de production des entreprises et réduit leurs marges bénéficiaires, freinant ainsi leur volonté d’investir davantage dans le pays. A cela, s’ajoutent les difficultés d’obtention du permis de construire. Ce sont toutes ces pesanteurs qui ont assurément découragé certaines entreprises à investir en Côte d’Ivoire, à travers le Plan National de Développement.

 

Source : Le Journal de l’Economie

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “PND 2016-2020 : Résultat mitigé pour le Groupe Consultatif de Paris”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
L’ART DE LA GUERRE

C'est un jésuite, membre éminent de la Mission jésuite en...

Fermer