Perspectives économiques de l’Afrique: Kablan Duncan lance l’édition 2015 du rapport

« La croissance en Afrique devrait se raffermir en 2015 et 2016 à 4,5 et 5%, des niveaux proches de ceux d’avant la crise mondiale 2008/09 ». C’est un extrait du rapport sur les perspectives économiques de l’Afrique pour l’édition 2015. Dont le lancement a été fait, ce lundi 25 mai, par le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, en marge des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (Bad), qui se tiennent à Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, à Abidjan-Cocody.

Ce document de 379 pages divisé en trois parties avec 8 chapitres, explique également les obstacles auxquels sont confrontés les dirigeants africains dans la perspective de développement et met en évidence plusieurs facteurs susceptibles d’entraver le retour aux niveaux soutenus d’avant la crise. Dans le rapport, il est aussi mentionné qu’en 2014, l’on pourrait assister à « un reflux » dû au  « tassement » des investissements de portefeuille et un léger fléchissement des investissements directs. Ainsi l’apport financier extérieur devrait atteindre 181 milliards de dollars, soit 6% de moins en termes nominaux qu’en 2013.

Après le lancement du rapport, Daniel Kablan Duncan a animé un panel avec le directeur de développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (Ocde), Mario Pezzeni, le chef économiste et vice-président par intérim de la Bad, Steve kayizzi Mugerwa.

Le Premier ministre, ministre de l’Economie, des Finances et du Budget de Côte d’Ivoire a expliqué que le pays s’est fixé trois objectifs principaux pour stabiliser l’économie. A savoir, la paix et la sécurité, la réconciliation et la relance économique. Sur le dernier point, il a indiqué que la croissance moyenne du pays table sur 9% depuis 2014. Et cela a été possible grâce aux réformes entreprises. Il a pris l’exemple du Plan national d’investissement de l’agriculture évalué à 2040 milliards de dollars et qui devrait générer 2.400.000 emplois sur la période 2012-2016.

Pour lui, l’agriculture, le capital humain, les Tic sont, entres autres, des secteurs générateurs de revenus et capables de booster l’économie du pays. Le chef du gouvernement a aussi évoqué les initiatives privées, desquelles il dira que leur apport a permis de tirer la croissance vers le haut.

Pour sa part, Mario Pezzeni, lui parle d’observation territoriale nette pour affronter les vrais problèmes du continent. Au regard de la population urbaine et rurale qui croît dans chacun des pays, il faudrait aux dirigeants africains de se doter d’infrastructures nécessaires pour contenir toutes ces populations. Selon lui, vu les richesses de l’Afrique, le développement endogène, en plus des investissements directs étrangers, est primordial pour la croissance.

Le directeur de développement de l‘Ocde souhaite le respect des approches spatiales pour mettre en œuvre des projets innovants pour la transformation structurelle.

De l’avis de Steve Kayizi, les perspectives économiques de l’Afrique sont bonnes avec l’essor des Btp et de la manufacture. L’un des faits importants est que les économies africaines se libèrent peu à peu de « la dépendance de l’agriculture », fait-il remarquer.

source : fratmat.info

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “Perspectives économiques de l’Afrique: Kablan Duncan lance l’édition 2015 du rapport”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
Séminaire gouvernemental sur le Programme de Travail Gouvernemental (PTG) de 2016.

En prélude au séminaire gouvernemental sur le PTG qui aura...

Fermer