Modernisation de la gouvernance économique : MCC, Classement Doing Business, Certification TSA …, les fruits des réformes

Le 17 décembre 2015, le Premier ministre, ministre de l’Economie, des Finances et du Budget, Daniel Kablan Duncan, livrait une bonne nouvelle à la Primature devant un parterre de journalistes. «Lors de sa session du mercredi 16 décembre 2015, le Conseil d’Administration du Millenium Challenge Corporation (MCC), présidé par le Secrétaire d’État américain John Kerry, a décidé d’accorder à la Côte d’Ivoire l’éligibilité au programme Compact».

Cette annonce consacrait quatre années de dur labeur pour tenir l’engagement pris par le Président de la République, Alassane Ouattara, lors de sa première visite officielle aux États-Unis, en juillet 2011. Progressivement, la Côte d’Ivoire a validé les indicateurs de performance définis par le programme : 5 sur 20 indicateurs au vert en 2012 ; 9 sur 20 indicateurs au vert en 2013 ; 10 sur 20 indicateurs au vert en 2014 et enfin 13 sur 20 indicateurs au vert en 2015. Cette éligibilité qui a valeur d’accord entre la Côte d’Ivoire et les États-Unis permet d’espérer le développement et la mise en œuvre d’un important programme de développement financé par les États-Unis dans le but d’induire une croissance économique plus forte.

«Les programmes Compact dans d’autres pays comparables à la Côte d’Ivoire ont été évalués à environ 500 millions de dollars américains (environ 300 milliards de FCFA) sur cinq ans», a expliqué Daniel Kablan Duncan. Le Chef du gouvernement ivoirien y voit un véritable levier dans le cadre de la mise en œuvre du Programme National de Développement (PND) 2016-2020 d’un montant total de 29.000 milliards de FCFA, dont plus de 60% à financer par le secteur privé. Outre le MCC, les réformes mises en œuvre pour l’amélioration de l’environnement des affaires ont donné lieu à de nombreuses autres reconnaissances internationales de la qualité de la gouvernance économique du pays. Il s’agit, entre autres, de l’éligibilité et de l’admission à Mexico, depuis le 29 octobre 2015, de la Côte d’Ivoire à l’initiative internationale «Open Government Partnership – (OGP)» ; du maintien du statut de pays conforme à l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) obtenu en mai 2013, et du prix, en décembre 2014, du Forum «Mines and Money» du «Meilleur pays en matière de réforme dans le secteur minier» devant la Finlande, le Pérou et la Serbie. A cela s’ajoutent la notation B de la Côte d’Ivoire avec des perspectives positives par l’agence Fitch Ratings, la notation B1 à Ba3 avec perspectives stables par l’agence Moody’s, ainsi que l’obtention du Threshold en 2014 dans le cadre du Millenium Challenge Corporation (MCC).

L’année 2015 a été aussi marquée par de grandes réformes visant à assurer la transparence et la célérité dans l’exécution des marchés publics. Par ailleurs, afin d’accompagner le développement des entreprises locales, le gouvernement a pris des mesures pour faciliter leur accès à la commande publique, mais aussi pour le payement à bonne date des crédits TVA. Une plateforme électronique a même été inaugurée par la Direction Générale des Impôts pour soutenir cet engagement pour plus de transparence.

En matière de transports aériens, les réformes entreprises permettent à la Côte d’Ivoire de porter son taux de conformité aux normes de sécurité aérienne de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) de 42% à 64%. Sans oublier l’obtention, en avril 2015, de l’agrément de l’aéroport international Félix Houphouët-­Boigny d’Abidjan de la certification américaine « Transportation Security Administration » (TSA), favorisant désormais des vols directs vers les États-Unis d’Amérique à partir de la Côte d’Ivoire. En 2015, l’aéroport a accueilli 1,5 million de passagers dont 30% sur les lignes de la compagnie nationale Air Côte d’Ivoire. Toutefois, l’atelier de restitution du rapport Doing business 2016, le 30 octobre, a été l’occasion pour le Chef du gouvernement de tirer les leçons de «la contreperformance» et de s’engager pour gagner de nouveaux combats.

«Cette année, le rapport Doing business 2016 indique que nous avons «grappillé» seulement cinq petites places, passant du 141 au 142e rang. C’est bon mais ce n’est pas suffisant, car nous ne sommes pas, cette année, parmi les dix (pays réformateurs au monde». Avant de rappeler : «Notre objectif reste de placer la Côte d’Ivoire parmi les cinquante premiers pays au monde du classement Doing business de la Banque Mondiale au plus tard en 2018 (dans le rapport Doing business 2019), donc bien avant 2020».

Source : Fraternité Matin

Mots-Clés

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “Modernisation de la gouvernance économique : MCC, Classement Doing Business, Certification TSA …, les fruits des réformes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
Mme TOURE Massogbè lance les journées de l’Entrepreneuriat Feminin pour les 6 et 7 octobre 2016

La deuxième édition des Journées de l’entrepreneuriat féminin (Jef 2016)...

Fermer