Mireille TANO-FRAM, Responsable Communication : « Il faudrait inculquer une culture du résultat dans les organisations »

Mireille TANO-FRAM, Responsable de la Communication du secrétariat du Conseil National de Sécurité,  retrace son parcours et partage sa vision pour la performance des organisations.

  1. Quel est votre parcours, comment êtes-vous arrivée à ce poste ?

Avec mon Baccalauréat A1  au Lycée Lucie Berger à Strasbourg, j’intègre l’Institut Supérieur Européen de Gestion (ISEG) de 1995 à 1997 pour une formation de Management International.


A l’Université Paris XII Créteil, j’obtiens une Maîtrise en Administration et Gestion des Entreprises option Anglais et Fiscalité Européenne avec une « mention assez bien » et un DESS international en Management, Marketing, et Commerce international à l’Ecole Supérieure de Management en Alternance (ESMA) Paris (Groupe Ecole Supérieure de Commerce).


Ma carrière débute en 2000, en France en tant que chargée de recouvrement international des créances à l’export, audit des impayés et développement international à SAGEM.SA. J’ai par la suite été engagée, cette fois en Côte d’Ivoire au poste de Commerciale Senior auprès de la Direction Commerciale et Marketing au sein du Groupe AFRIPA Telecom.


2004, l’opérateur de téléphonie, Côte d’Ivoire Telecom me débauche pour être Attachée Commerciale Grands Comptes, spécifiquement pour les comptes officiels. Deux ans plus tard, je suis promue au poste d’Ingénieur Commercial Grands Comptes, puis, Responsable Comptes Opérateurs Internationaux Zone Europe, Asie et Amérique auprès de la Direction Commerciale Opérateurs de Côte d’ Ivoire Telecom.


Depuis 2013, j’assume la responsabilité de la cellule de communication sur la Réforme du secteur de la sécurité (RSS) au secrétariat du Conseil national de la sécurité auprès de la Présidence de la république de Côte d’Ivoire.

  1. Quelles sont les compétences professionnelles et les qualités qu’il faut avoir pour pratiquer ce métier ? Y a-t-il une voie royale ? (Formation) – Perspectives d’évolution?

Une très bonne culture générale, être polyvalente et avoir une vision globale du développement et de la sécurité. Le métier évolue vers une fonction de consultante internationale.

  1. En quoi consiste votre métier aujourd’hui ? (description des missions, ses avantages, sa complexité)

Mon métier est la gestion de la communication globale du Conseil national de sécurité, dont les missions sont la communication, les relations publiques (relations avec les partenaires nationaux et internationaux), ainsi que la sensibilisation sur la réforme du secteur de la sécurité (RSS).

  1. Quelle est la situation dans l’exercice de vos fonctions actuelles qui vous a marqué ?

J’ai constaté que nous sommes dans un environnement qui est dans une posture attentiste, la culture de l’entreprenariat y fait défaut. Très peu d’initiatives sont prises.

  1. Selon vous, quels dispositifs institutionnels ou organisationnels nos Gouvernants seraient bien inspirés de mettre en place et/ou de favoriser pour faciliter le lien entre vie privée et carrière professionnelle des Femmes décideurs en Côte d’Ivoire? (exemple du temps partagé, travail à mi-temps, travail à la maison, crèches d’entreprises,…)

Il s’agit ici de la problématique des résultats à atteindre. Il faudrait inculquer une culture du résultat dans les organisations de sorte que la question du travail à distance ou en présentielle, ne soit que des moyens d’atteindre les résultats fixés.

  1. Dans l’exercice de votre fonction, estimez-vous subir des inégalités liées au genre ? Des exemples ?

Non, car j’ai un patron, M. Alain-Richard DONWAHI, qui est un visionnaire. Au-delà du genre, il sait valoriser et mettre en avant les compétences nécessaires à la conduite des projets qui lui incombent et c’est une vraie chance pour nous d’avoir cette latitude nécessaire pour exprimer nos talents.

  1. Que pensez-vous de la représentativité des femmes en comité de direction?

Elles sont sous représentées. C’est dommage mais c’est culturel.

  1. Un conseil à l’endroit des jeunes femmes en Côte d’Ivoire et des Hommes relativement à leur regard sur la femme en Côte d’Ivoire.

Le conseil que je souhaite donner aux femmes comme aux hommes, est relatif au potentiel. Il faut une prise de conscience du potentiel intrinsèque de chacun sur sa capacité à être l’acteur principal de sa propre vie.

Questions subsidiaires : Qui aimeriez-vous lire pour la prochaine interview ? Quel est votre modèle ?

Maître Affoussy BAMBA qui m’a beaucoup influencé et continue de le faire, car c’est un modèle de rigueur et de talent. Elle a des valeurs fortes qui font d’elle quelqu’un de très structuré, équilibré et constant.

source : carnetdadresses.info

Mots-Clés

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “Mireille TANO-FRAM, Responsable Communication : « Il faudrait inculquer une culture du résultat dans les organisations »”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
Fermeture de la décharge d’Akouédo : 10.000 Tonnes d’ordures dans les rues d’Abidjan

Depuis le 19 juin 2015, suite à un conflit foncier,...

Fermer