Lutte contre la contrefaçon en Côte d’Ivoire : Le comité national présenté

En l’espace de quelques années seulement, la contrefaçon qui était jadis une action isolée, pratiquée de façon artisanale, s’est muée en une véritable industrie qui encrasse tous les secteurs d’activités. Médicaments, produits alimentaires de première nécessité tels que le lait, le sucre, l’huile, mais aussi textiles, cosmétiques, téléphones mobiles, pièces détachées et accessoires automobiles … La liste des produits concernés est longue et touche aussi bien la marchandise que les emballages et les marques.

Dans le souci d’y mettre un terme, le gouvernement ivoirien vient de mettre en place un Comité National de Lutte contre la Contrefaçon (CNLC) pour juguler ce fléau qui fragilise l’économie nationale. A cet effet, ce comité a été présenté, le jeudi 26 novembre 2015, par le ministre de l’Industrie et des Mines, Jean­-Claude Brou, à la Chambre de Commerce et d’Industrie au Plateau. Un comité constitué de 15 membres issus de secteurs d’activités différents. On peut citer, entre autres, des représentants des Ministères de l’Intérieur, de la Santé, de la Justice, un Représentant de la Chambre de Commerce et d’Industrie, et des Représentants du secteur privé.

Le CNLC a en son sein une cellule d’investigation, chargée des inspections techniques et des opérations sur le terrain, qui est composée de 7 membres et regroupe des douaniers, un magistrat, des commissaires de police, l’inspecteur du commerce. Selon Jean-Claude Brou, ce nouveau dispositif marque l’engagement de l’État de Côte d’Ivoire de faire reculer la contrefaçon qui met à mal l’existence des entreprises nationales. «Le CNLC contribuera à renforcer l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire et participera à la protection des consommateurs. Il constitue l’organe central de lutte contre la contrefaçon sur toute l’étendue du territoire national», a-t-il déclaré, avant de demander aux membres du CNLC de faire preuve de détermination et d’engagement dans leur mission. «La lutte contre la contrefaçon est désormais entre vos mains et le gouvernement compte sur vous», a dit le ministre.

N’Zi Brou Michel, Président du CNLC, a pour sa part indiqué que la position de la Côte d’Ivoire dans l’économie de la sous-région implique la nécessité de lutter contre ce fléau, qu’il qualifie de gangrène pour l’économie. «Aucune économie n’est à l’abri. Elle représente 10% de l’économie mondiale. L’invasion des marchés par les produits de contrefaçon fait peser de grands risques, non seulement sur les populations, mais également sur le tissu économique des pays, surtout ceux qui ne disposent pas de dispositif de lutte efficace», a déclaré le Président du CNLC, qui espère réussir sa mission avec le soutien du gouvernement. Car, dira-t-il, «la tâche sera ardue. Il est urgent de mettre ensemble tous les acteurs pour des actions participatives si nous voulons réussir cette mission».

Pour rappel, dans l’industrie pharmaceutique, les médicaments contrefaits font perdre à l’État de Côte d’Ivoire près de 32,500 milliards de FCFA par an, et la vente illicite des médicaments représente 25% du chiffre d’affaires du secteur, selon des estimations officielles.

Source : L’Inter

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “Lutte contre la contrefaçon en Côte d’Ivoire : Le comité national présenté”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
Investissements en Côte d’Ivoire : Les hommes d’Affaires catalans arrivent

Passé le cap du forum sur les investissements à Madrid...

Fermer