Larissa AMAND, Directeur de l’Audit Interne : « Je crois qu’il faut agir concrètement sur le financement des PME. »

Dans l’entretien accordé à carnetdadresses.info, Madame Larissa AMAND, Directeur de l’Audit Interne de la Banque Nationale d’Investissement, détaille son parcours et pose un regard sur l’environnement des affaires ivoirien.

1. Quel est votre parcours, comment êtes-vous arrivée à ce poste ?

Après un BAC scientifique, j’ai intégré et suis diplômée de l’Ecole de Commerce d’Abidjan (ESCA). Je cumule 14 ans d’expérience dans l’Audit Externe, le Commissariat aux Comptes, l’Audit Interne, le Conseil et le Management.


J’ai passé 7 ans à Ernst and Young et gravi tous les échelons jusqu’au poste de Directeur de Mission.


En 2007, je suis entrée à la BNI en tant que Chef de Département de l’Audit interne et à ce jour, je suis Directrice de l’Audit interne où je siège au Comité de Direction. Je suis également membre du Comité d’audit et j’en assure le Secrétariat.

2. Quelles sont les compétences professionnelles et les qualités qu’il faut avoir pour pratiquer ce métier ? Y a-t-il une voie royale ? (Formation) – Perspectives d’évolution?

Il faut être très bon en gestion de sorte à avoir une vision globale de l’institution où vous travaillez. La voie royale pour moi, c’est de commencer par un cabinet d’audit externe. L’évolution de façon verticale, c’est un poste de Direction Générale. De façon horizontale, le Directeur de l’Audit peut aller vers des fonctions de Direction Financière, de Direction des Risques…

3. En quoi consiste votre métier aujourd’hui ? (description des missions, ses avantages, sa complexité)

Il consiste en la gestion globale des risques de la Banque ainsi que le conseil à la Direction Générale et aux autres entités du Groupe. Vous comprendrez qu’à ce niveau de sensibilité de l’information, je ne puis en dire plus.



Les principaux avantages résident dans le fait d’être au cœur de la stratégie de l’institution et ainsi, d’avoir une vision globale des problématiques.

4. Quelle est la situation dans l’exercice de vos fonctions actuelles qui vous a marqué ?

Ce qui m’a choqué et continue de me déconcerter, c’est le fait que nous sommes aujourd’hui face à une nouvelle génération de collaborateurs malheureusement trop souvent encline à la facilité. De jeunes recrues qui n’ont pas la culture de l’effort. Comprenez ce que je veux dire, nous sommes dans le contexte bancaire.



C’est l’occasion ici pour moi d’interpeller les pouvoirs publics et nos gouvernants sur la formation de nos jeunes qui doit aller du savoir, au savoir-faire, jusqu’au savoir-être, c’est-à-dire leur inculquer des valeurs qui structurent la personnalité et l’insèrent harmonieusement dans une société de plus en plus superficielle.

5. Selon vous, quels dispositifs institutionnels ou organisationnels nos Gouvernants seraient bien inspirés de mettre en place et/ou de favoriser pour faciliter le lien entre vie privée et carrière professionnelle des Femmes décideurs en Côte d’Ivoire? (exemple du temps partagé, travail à mi-temps, travail à la maison, crèches d’entreprises,…)

La puissance technologique de notre société, en l’occurrence le numérique, est un axe à explorer, avec un appui institutionnel fort. Des pratiques intéressantes existent dans les pays nordiques (Suède, Norvège, Finlande), au Canada et certainement dans d’autres pays.



Les femmes doivent travailler différemment. Nos responsabilités vont au-delà de la sphère professionnelle et nous obligent à garder un certain équilibre avec notre vie personnelle. En fait, de la même manière que l’on nous attend sur le plan professionnel en termes de résultats, c’est de cette même manière que nous devons être d’excellentes mères, épouses… pour celles qui sont concernées.



Cela implique une organisation et une charge de travail complètement différente de celle des hommes à responsabilité professionnelle identique. Vous convenez donc avec moi que cela nécessite une autre approche de la question du genre si l’on souhaite réellement travailler sur le sujet.

6. Dans l’exercice de votre fonction, estimez-vous subir des inégalités liées au genre ? Des exemples ?

Non, me concernant, il n’y a pas de problèmes à ce niveau.

7. Que pensez-vous de la représentativité des femmes en comité de direction ?

Dans le cas de notre Banque, on peut parler de représentation qualitative. En effet, la majorité des postes clés au sein du Comité, est occupée par des femmes.

8. Un conseil à l’endroit des jeunes femmes en Côte d’Ivoire et des Hommes relativement à leur regard sur la femme en Côte d’Ivoire.

A l’endroit des jeunes femmes, j’ai trois choses à dire : valeurs, travail, persévérance.



Aux hommes, je n’ai rien à dire sur ce sujet.



En ce qui concerne l’environnement des affaires ; sans vouloir être juge et partie, je crois qu’il faut agir concrètement sur le financement des PME. Je dis bien AGIR CONCRÈTEMENT.

Questions subsidiaires : Qui aimeriez-vous lire pour la prochaine interview ? Quel est votre modèle ?

Madame Lala Moulaye Ezzedine, PCA de la BOA, pour la prochaine interview.


A la seconde question, je dirai plutôt mes modèles. Il s’agit de mon Dieu qui fonde toute chose sur cette terre et mon Mari de qui je suis admirative.

source : carnetdadresses.info

Mots-Clés

Articles que vous pourriez aimer...

13 Commentaire(s) sur “Larissa AMAND, Directeur de l’Audit Interne : « Je crois qu’il faut agir concrètement sur le financement des PME. »”

  1. Maggy dit :

    Sincères félicitations à l’équipe de carnetdadresses.info
    On constate qu’il y a de nombreuses femmes pétries de talents dans les entreprises.
    Je dirai : « Il n’ya de richesse ni de force, que de Femmes et…. d’hommes ! »
    C’est ce qu’on appelle une action concrète pour mettre les femmes en avant. Merci beaucoup et bonne continuation.
    Surtout ne vous arrêtez pas!

  2. Fabrice dit :

    Merci beaucoup pour cette belle interview avec cette Dame qui a un parcours remarquable. Cependant, je tiens à attirer votre attention sur cette question du Genre qui s’apparente pour moi, à de la discrimination positive.
    Si on veut s’appuyer sur les propos de Mme Amand, le fait d’être une femme, n’a eu aucune incidence sur son parcours.
    Donc pour moi, mettre les femmes en avant plutôt que de parler d’égalité des chances, n’est rien d’autre qu’exclure les hommes.

  3. Catherine dit :

    Tous mes remerciements à l’équipe de « carnetdadresses.info » pour la qualité et la diversité des articles qu’elle poste régulièrement sur son blog.
    Je suis également dans l’admiration devant des femmes accomplies tant sur le plan professionnel que social. Car pour une femme leader, il est important de préserver l’équilibre vie privée/vie professionnelle, afin de bâtir une société plus solidifiée, saine et respectueuse des valeurs morales.
    Félicitations à Mme AMAND à qui je souhaite encore une ascension verticale.

  4. eve dit :

    @Fabrice,
    Mon cher, c’est un sacrilège en 2015 de lire de telles inepties de la part de quelqu’un qui s’aventure sur un site d’un tel niveau.

    Si vous connaissiez la place de la femme en Afrique, vous seriez beaucoup plus mesuré dans vos propos.

    Bien à vous.

  5. Justin dit :

    tres belle initiative en tout cas que de mettre les femmes en avant

  6. emma dit :

    Une lecture fluide, une plate-forme dynamique. Félicitations!!! A quand la prochaine interview ??

  7. Mme KOFFI Marie Françoise dit :

    Toutes mes félicitations Mme AMAND pour cet article intéressant.

    Je constate qu’il est difficile d’allier le professionnalisme avec le management d’une équipe peu impliquée.
    En effet, la motivation du personnel et les compétences et savoirs en ressources humaines ont pour
    corollaire les résultats satisfaisants et la compétitivité pour un meilleur positionnement de l’organisation sur le marché.
    Bravo Mme AMAND, que Le Seigneur te donne l’intelligence et la sagesse pour être toujours à la tête.

    Mme KOFFI

  8. Larissa AMAND dit :

    @ Catherine,
    Merci pour vos bons voeux. Je vous souhaite également une brillante carrière.

  9. Larissa AMAND dit :

    @ Mme KOFFI,
    Merci Madame KOFFI pour tes encouragements.
    C’est vrai, il n’ya ni richesse ni force que d’Hommes et par la grâce de DIEU, j’ai une bonne équipe qui comprend la valeur du travail bien fait.

  10. N'Diaye Hamma dit :

    Je suis fier de retrouver à cette tribune celle qui fut ma patronne pendant mon passage en cabinet d’audit et qui témoigna d’excellentes qualités de manager et de technicienne. Tous mes encouragements et mes vœux de succès. Continue de viser le sommet.

    • Larissa Amand dit :

      Merci Hamma pour ces bons voeux. En retour, je te souahite plein succès dans tes entreprises. Que l’environnement des affaires soit favorable à tous ceux qui comme toi, ont choisi le difficile chemin de l’initiative privée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
Côte d’Ivoire : L’Oréal et CFAO confirment leur association

Révélé par Jeune Afrique il y a quelques semaines, le...

Fermer