FMI : Bientôt, 337,150 milliards de FCFA pour la Côte d’Ivoire

Le Fonds Monétaire International s’apprête-t-il à signer un accord visant à appuyer la Côte d’Ivoire ? Tout porte à le croire à l’analyse du communiqué de presse de l’Institution rendu public le 11 octobre relatif à la conclusion de ses discussions avec la délégation ivoirienne, lors des dernières Assemblées Annuelles tenues à Washington.

Selon ce communiqué, un accord préalable au niveau des services du FMI en vue d’un programme économique triennal appuyé par deux accords au titre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC) et au titre du Mécanisme Élargi de Crédit (MEDC) pour un montant de 487,8 millions de Droits de Tirages Spéciaux (DTS) ; soit 674.3 millions de dollars (337,15 milliards de Francs CFA) serait déjà obtenu. Même si cet accord est encore le fait des services techniques, il est presque sûr que le Conseil d’Administration du FMI, selon des spécialistes des arcanes décisionnelles de l’Institution, approuve l’accord. Car, rarement, le refus l’a emporté dans ce cas d’espèce.

Ce programme triennal dont l’accord n’interviendra pas avant la fin du référendum sur le projet de nouvelle Constitution, soutiendra les principaux objectifs du Plan National de Développement (PND) de la Côte d’Ivoire pour 2016-2020 (d’un coût de 30 milliards de francs CFA), en remédiant aux obstacles pesant sur l’équilibre durable de la balance des paiements et sur la croissance économique. Il ne pouvait, dans tous les cas, en être autrement quand on sait que c’est en décembre que cet accord établi au niveau des services du FMI sous la conduite de Ghura, Chef de mission pour la Côte d’Ivoire, sera soumis au Conseil d’Administration pour validation ou non. Mais les performances réalistes de l’économie qui ont motivé l’accord préalable de la mission pour la Côte d’Ivoire, permettent d’affirmer que le pays dispose de la manne financière sus indiquée. Car, autant l’Etat ivoirien en a besoin, autant les bailleurs de fonds doivent poursuivre leur assistance afin de faire de la mise en œuvre du PND un véritable succès. La réduction de la pauvreté et l’émergence de la Côte d’Ivoire en dépendent. Faut-il le rappeler, le PND vise à favoriser une croissance forte et inclusive et la réduction de la pauvreté par des investissements dans les infrastructures et les secteurs sociaux, ainsi que le soutien de la transformation structurelle et l’industrialisation de l’économie par le secteur privé.

En outre, certains objectifs de ce Plan portent sur la nécessaire maîtrise des dépenses courantes et le renforcement de la mobilisation des recettes publiques par la poursuite des réformes dans le secteur de la fiscalité et surtout l’élargissement de l’assiette fiscale. Et ce, en vue de réduire la pression fiscale dénoncée, à tort ou à raison, par le secteur privé. Et la mission est encouragée par le fait que «le déficit budgétaire de l’Etat devrait converger vers la norme communautaire de l’UEMOA de 3 pourcent du PIB d’ici à 2019 afin de préserver la viabilité de la dette publique et la couverture des réserves de change de la BCEAO», souligne le communiqué du Fonds.

Elle note, par ailleurs, que le programme contient un ensemble de réformes qui visent à renforcer la gestion des finances et de la dette publique, qui incluent : l’extension de la surveillance des entités publiques au-delà du Gouvernement  central ; la maîtrise des risques budgétaires provenant des entreprises publiques en difficulté financière ; l’amélioration de la gestion de la dette ; la restructuration des banques publiques ; et l’amélioration du climat des affaires. Les services du FMI accueillent favorablement la requête formulée par les autorités de bénéficier d’assistance technique complémentaire pour améliorer la qualité et la dissémination des statistiques économiques». La mission conduite par Ghura estime qu’en mettant en œuvre  ces politiques, la Côte d’Ivoire  sera en mesure de créer de l’espace budgétaire pour davantage d’investissements en infrastructures et de dépenses sociales, catalyser le financement public et privé et comme une résilience face aux chocs économiques.

 

Source : Fraternité Matin

Mots-Clés

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “FMI : Bientôt, 337,150 milliards de FCFA pour la Côte d’Ivoire”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
Relance de l’aménagement du territoire : Le projet des pôles économiques compétitifs lancé

Le ministre d'Etat, ministre du Plan et du Développement, Albert...

Fermer