Financements alternatifs : Comment la Côte d’Ivoire s’oriente vers le crédit-bail

Nombreuses sont les entreprises ivoiriennes qui peinent à accéder à des financements. Plus de 60% des Petites et Moyennes Entreprises (PME), éprouvent d’énormes difficultés pour le financement de leurs activités. Pour faciliter l’accès des entreprises à des sources de financement innovants, le gouvernement ivoirien a adopté en décembre 2015, un projet de loi sur le crédit-bail ou leasing. Ce mode de financement alternatif permet aux entreprises de financer leurs besoins en équipements à travers des modalités de paiement plus souples.

Ce projet de loi vise à définir les droits, les obligations et les responsabilités des parties intervenant dans une opération de crédit-bail, ainsi que les procédures collectives y afférentes. Si ce type de financement est innovant, les questions de réglementation et de procédures judiciaires permettant de mieux l’encadrer demeurent encore un défi important à relever.

Sur ce point, les dispositions du projet de loi sur le crédit-bail permettent de définir les critères pour une récupération rapide du bien du crédit bailleur, contre les risques de détournement frauduleux du bien, ainsi que du défaut de paiement du crédit­-preneur.

COOPÉRATION AVEC LA SFI

Dans la mise en œuvre d’un plan d’action pour la promotion du crédit-­bail comme l’une des principales sources de financement des entreprises, le gouvernement ivoirien a signé un accord de coopération avec la Société Financière internationale (SFI). Cet accord a pour but de sensibiliser et de renforcer les capacités des acteurs clés du secteur du crédit-bail en Côte d’Ivoire, notamment l’administration financière nationale, les institutions financières, les fournisseurs d’équipements, les compagnies d’assurances et les administrateurs des PME à travers divers ateliers.

Ces ateliers dédiés aux acteurs du secteur du crédit-bail en Côte d’Ivoire, visent selon les autorités, à faire du crédit-­bail, un outil de facilitation de l’équipement des entreprises de production, notamment des PME, afin d’accroître leur capacité à améliorer leur productivité.

LES DÉFIS À RELEVER

Pour une meilleure promotion du crédit-bail en Côte d’Ivoire, il est recommandé d’élargir les équipements concernés par ce type de financement et de l’ouvrir à tous les acteurs du tissu économique dont les besoins en équipements sont réels. Des experts de cette question souhaitent, par ailleurs, une ouverture de ce mode de financement au secteur informel.

Une telle initiative aura pour avantage de faciliter par exemple, l’acquisition de casques, d’appareils photos, de machines à coudre et autres équipements aux coiffeurs, photographes et couturiers exerçant essentiellement dans l’informel, mais dont l’activité génère une plus-value non négligeable.

En outre, il est aussi souhaité la suppression-totale de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) sur les opérations de crédit-bail, ainsi que la prise en compte du crédit-bail comme l’un des principaux modes de financement des Petites et Moyennes Entreprises dans le cadre du programme Phœnix visant une meilleure promotion des PME.

Source : Le Journal de l’Économie

Mots-Clés

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “Financements alternatifs : Comment la Côte d’Ivoire s’oriente vers le crédit-bail”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
C2D : 66 milliards de FCFA pour améliorer les systèmes judiciaire et pénitentiaire

La visite de travail en Côte d'Ivoire du Premier Ministre...

Fermer