Le départ de Tata Steel de la Côte d’Ivoire : Un coup dur pour l’industrie minière

Le départ de Tata Steel de la Côte d'Ivoire : Un coup dur pour l'industrie minière

Le départ de l’entreprise minière Tata Steel de la Côte d’Ivoire en août 2016 a été un coup dur pour le secteur minier ivoirien, surtout que l’entreprise indienne s’était engagée à créer une mine de fer dans l’Ouest du pays pour exploiter les 2,2 milliards de tonnes de fer découverts dans cette zone.

Ce départ s’explique toutefois par des ambitions contrariées. Non seulement le groupe devait s’assurer de disposer d’électricité en suffisance, mais il dépendait surtout de la réalisation du projet de chemin de fer devant relier la zone de production au Port de San Pédro, qui jusque-là, tarde à se concrétiser. Enfin, les cours mondiaux du fer, en pleine tendance baissière, ont fini par décourager l’indien.

Par ailleurs, Tata Steel a entrepris des négociations avec son partenaire, la Société pour le développement minier de la Côte d’Ivoire (Sodemi), afin de régler les conditions de cession de sa part de 75% dans la coentreprise Tata Steel Côte d’Ivoire.

Le géant indien avait déjà investi avant son départ, plus de 12,5 milliards de FCFA dans les travaux d’exploration et de sondage dans l’Ouest du pays, sur un total de 1.000 milliards de FCFA d’investissements prévu dans le cadre de ce projet. C’est donc un acteur majeur du secteur minier ivoirien qu’a perdu la Côte d’Ivoire en même temps que d’importantes ressources fiscales potentielles.

Source : Le Journal de l’Economie

Mots-Clés

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “Le départ de Tata Steel de la Côte d’Ivoire : Un coup dur pour l’industrie minière”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
Les TPE/PME de Côte d’Ivoire ont leur guide de l’intelligence économique !

Le Centre du Commerce International (ITC), dans le cadre du...

Fermer