Côte d’Ivoire : la filiale locale de BNP Paribas affiche un résultat en net repli de 12,3% au 1er semestre

La BICICI (Banque Internationale pour le Commerce et l’Industrie) de la Côte d’Ivoire, filiale locale du groupe français BNP Paribas, a connu une performance financière plutôt mitigée au cours du premier semestre 2015. Dans un environnement de plus en plus concurrentiel, son Produit Net Bancaire augmente de 1,1% à 18,5 milliards de FCFA par rapport au 1er semestre 2014.

La Valeur Ajoutée sur Capitaux s’est trouvé en hausse de 1,5% et le revenu des Commissions sont demeurés quasiment stables (+0,5%). « La BICICI applique depuis le 1er janvier 2015 la gratuité de 19 services bancaires demandée par la BCEAO » a expliqué la banque dans un communiqué adressé au marché.

BICICI a cependant dû faire face à une évolution de ses frais généraux (+4,8%) liée d’une part à la hausse des charges du personnel suite à la revalorisation du salaire de base, et d’autre part à celle des frais de gestion consécutive à la densification du réseau d’agences. Dans ces conditions, le Résultat Brut d’Exploitation s’affiche en retrait de 5,5% à 6 milliards de Francs CFA par rapport au 1er semestre 2014.

Le coût du risque progresse de -353 millions de FCFA sur la période, mais reste contenu du fait de la qualité du portefeuille. Mais au final, le Résultat Net bien que bénéficiaire de 4,6 milliards de FCFA affiche un repli de 12,3% par rapport à la même période en 2014. BICICI reste toutefois confiante, et estime qu’ « avec une croissance économique soutenue et le démarrage de la prochaine campagne Café -cacao, les tendances et les performances enregistrées au 1er semestre devraient s’améliorer pour la fin d’année ».

source : Agence Ecofin

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “Côte d’Ivoire : la filiale locale de BNP Paribas affiche un résultat en net repli de 12,3% au 1er semestre”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
Arriérés des baux administratifs entre 1994 à 2002.

En vue de permettre leur apurement, les services de l’administration...

Fermer