Carrefour à Abidjan : «Aujourd’hui, nous avons signé 110 contrats avec des producteurs et fournisseurs de Côte d’Ivoire»

Distributeur historique de marques en Afrique en général, et singulièrement en Côte d’Ivoire, le Groupe CFAO a décidé, il y a quelques années, de diversifier ses activités en se lançant dans la grande distribution. Un partenariat s’est fait avec le groupe Carrefour pour l’ouverture, dès le mois prochain (décembre 2015), du premier centre commercial à Abidjan. Jean-Paul Denoix, Directeur Général (DG) de CFAO Retail en Côte d’Ivoire, présente l’impact socio-économique d’une telle initiative.

SOIR INFO :Un magasin CARREFOUR à Abidjan. Qu’est-ce qui a motivé le choix de ce pays ?

JEAN-PAUL DENOIX : En tant que capitale économique d’un pays dont le décollage économique ne fait aucun doute, Abidjan est une destination naturelle pour un projet comme celui-ci. Le centre commercial CFAO va hisser la Côte d’Ivoire au niveau des grands pays internationaux, et je pense qu’Abidjan est en train d’installer durablement une dynamique de modernité dans la sous-région.

Oui, Abidjan est au cœur de ce projet de développement de centres commerciaux, que le groupe CFAO compte mener en Afrique de l’Ouest et du Centre. J’ai envie de vous dire que ce premier centre commercial sera au cœur de la vie des abidjanais et abidjanaises.

S.I.: Qu’est-ce que ce centre commercial et Carrefour vont proposer de neuf que les autres centres commerciaux n’ont pas ?

J.P.D.: Il faut bien différencier les modèles existants. On trouvait jusqu’à présent à Abidjan, des galeries marchandes. Ils remplissaient une mission : trouver un produit défini, sans plus. Ce que nous allons proposer, c’est un nouveau modèle, à l’image de cette nouvelle Côte d’Ivoire qui consomme. Ce centre commercial, c’est un espace unique d’échanges, avec une identité et une promesse : proposer aux consommateurs un accès direct à ce qu’il se fait de mieux en termes de produits, de services, de choix et de modernité.

S.I.:Pensez-vous que le marché ivoirien acceptera vos offres ? N’y a-t-il pas trop de centres commerciaux ?

J.P.D.:Si on regarde avec d’autres pays comme le Ghana et le Nigeria, qui sont des pays comparables en termes de niveau de vie, Accra accueille plusieurs Mall et ils sont encore plus nombreux à Lagos … Et cette formidable lame de fond que représente la croissance avec l’émergence de la classe moyenne en capacité de consommer est un mouvement en marche. Cette classe moyenne ivoirienne souhaite maintenant accéder à ce qui se fait de mieux, et devient très exigeante dans la qualité et le choix des produits. CFAO en est conscient, ce centre commercial en est la réponse.

S.I.: Êtes-vous sûr de pouvoir proposer des produits et des prix défiants toute concurrence?

J.P.D.: Nous nous adressons à ce consommateur ivoirien dont on parle tant, à cette classe moyenne qui existe bel et bien et qui souhaite dorénavant accéder à ces produits, à ces services, à cette modernité. Ce centre commercial sera moderne et accessible. Les Ivoiriens et les Ivoiriennes pourront trouver un ensemble de produits et de services, au meilleur prix. En positionnant le centre commercial CFAO comme une réponse aux attentes de la classe moyenne ivoirienne, on positionne finalement la Côte d’Ivoire comme une plateforme capable d’accueillir ce type de services avec la même rigueur qu’à Shangai, Dubai ou Sao Paulo.

S.I.: Quelles sont les boutiques que vous allez accueillir dans la galerie marchande de ce centre commercial ?

J.P.D.:Ce centre commercial, c’est d’abord un magasin alimentaire avec Carrefour. Mais, c’est aussi 55 boutiques autour de cette locomotive alimentaire, qui proposeront en un seul et même lieu, un ensemble de services, un accès à des prestations modernes avec une exigence de qualité et de choix. Très concrètement, sur la cinquantaine de boutiques qu’on trouvera ici dans ce centre commercial, 1/3 seront des marques internationales. Vous savez sans doute que CFAO a lancé son club de marques qui regroupera une quinzaine d’enseignes internationales n’existant pas encore en Afrique Subsaharienne. Parmi lesquelles, La Grande Récré, La Halle aux Vêtements, Morgan, Jules, Kaporal par exemple ou encore Jeff de Bruges et quelques enseignes de restaurants.

Mais, ce centre commercial CFAO, c’est aussi la promotion des savoirs-faire locaux, de l’économie ivoirienne, avec un autre tiers de marques ivoiriennes ou africaines. On peut citer Pateo , Asseke Oro , Yahimi et bien d’autres. Enfin, vous trouverez une quinzaine d’enseignes de services divers : télécoms, banque, pressing, pharmacie, coiffeur etc.

S.I.:Quels sont les produits locaux qu’on trouvera à Carrefour ?

J.P.D:Notre particularité, c’est de s’insérer dans la chaîne de valeur en Côte d’Ivoire et de participer à son développement. Nous ferons en sorte que les produits proposés dans les rayons de Carrefour, soient de plus en plus issus de l’économie locale et nationale. C’est toute la chaîne d’approvisionnement qu’il faut structurer pour mieux la valoriser. Nous travaillons avec 170 producteurs et fournisseurs locaux. La semaine dernière, nous avons fait un séminaire avec ces producteurs et fournisseurs de Côte d’Ivoire, afin d’échanger et d’expliquer à tous, le mode opérationnel de Carrefour. Alors certes, à l’ouverture du centre commercial, certains d’entre eux ne seront pas à 100% opérationnels mais on trouvera de plus en plus des produits locaux dans notre magasin. Certains de nos producteurs ont demandé à participer à des formations dans notre Institut de Formation CFAO Retail, ce que nous ferons volontiers et gratuitement.

S.I.: Comment ces producteurs et fournisseurs locaux ont-ils été choisis?

J.P.D.:Nous avons fait des études chez nos concurrents ainsi que sur les marchés traditionnels. Nous avons en avons sélectionné un bon nombre, nous avons aussi participé au Salon de l’Agriculture en mai dernier.

S.I.: Quel pourrait être l’impact d’une telle entreprise sur la vie socio-économique de la Côte d’Ivoire ?

J.P.D.: Ce projet, c’est 55 millions d’Euros, soit 35 milliards de FCFA d’investissements. La surface de ce centre commercial, c’est deux fois 20.000 mètres carrés. Puisqu’il y a 20.000 mètres carrés de parking en sous-sol et 20.000 mètres carrés de surface commerciale. La surface commerciale est divisée en deux, entre l’hypermarché Carrefour et la galerie marchande. Nous avons créé 510 emplois directs. Nous avons reçu au total 12.000 CV, et nous en recevons encore des centaines par jour, pour ces 510 emplois. Je pense qu’environ 800 emplois indirects sont créés aussi dans les domaines tels que le bâtiment, la sécurité, les boutiques de la galerie marchande, mais aussi chez nos fournisseurs. Une des priorités de CFAO Retail, c’est la formation.

Pour satisfaire les consommateurs, il nous faut maintenir des standards de compétence. C’est tout une économie qu’il faut structurer et professionnaliser. Ce qui permettra à la Côte d’Ivoire de se positionner comme une plateforme d’accueil de ce type de services. Nous voulons former nos collaborateurs au meilleur niveau, la formation est un axe prioritaire, à la fois pour la Côte d’Ivoire et pour les pays de la sous-région. CFAO Retail a mis en place un Institut de Formation, agréé par le FDFP, qui accueillera des promotions entières. Ces personnels seront ensuite capables de gérer, d’organiser et de transmettre ce qu’ils auront appris. L’Institut de Formation CFAO Retail accueillera aussi à Abidjan, les cadres des autres pays de la sous-région, qui viendront se perfectionner en Côte d’Ivoire.

S.I.: Comment comptez-vous déployer dans le moyen et long terme ?

J.P.D.: Le premier centre commercial situé sur le VGE (Boulevard Valéry Giscard d’Estaing, Ndlr), verra le jour avant la fin de l’année. Nous ferons la fête de Noël avec les consommateurs ivoiriens. Le deuxième centre commercial verra le jour fin 2016 dans le Nord de la ville d’Abidjan. Il y a d’autres sites qui sont ciblés. Il y a un plan d’expansion conséquent sur Abidjan où on espère en ouvrir 6 ou 8 dans les 5 ans à venir.

S.I.: La situation géographique du centre commercial ne complique-t-il pas son accès ?

J.P.D.:Non, parce que nous avons deux entrées et deux sorties côté VGE et sur le Boulevard du Gabon. Nous allons faciliter l’accès en faisant une bretelle dans le prolongement du Boulevard du Gabon, pour permettre l’accès des personnes qui viennent de Treichville ou du Pont Charles De Gaulle. Ne craignez-vous pas une perturbation de vos activités avec le projet de construction du viaduc au rond point de la Solibra ? Le projet du fly-over, nous y avons participé dès l’élaboration du plan. L’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) est venue nous consulter pour prendre en considération le centre commercial. Le viaduc a été fait en conséquence. Il n’y aura pas de perturbations de nos activités.

S.I.: Quels sont vos objectifs de retour sur investissement ?

J.P.D.: Je vous le dirai après quelques mois d’exercice (sourire). On a un beau projet économique et social. CFAO investit en Côte d’Ivoire avec des perspectives à long terme.

S.I.: Est-ce que Carrefour à Abidjan sera le même qu’en France où toute les bourses sont admises?

J.P.D.:Nous allons offrir un standard international aux consommateurs ivoiriens, dans tous les domaines : choix, qualité, services et modernité.

S.I.: Ne viendrez-vous pas concurrencer considérablement les marchés traditionnels ?

J.P.D.:Comme je vous l’ai dit, ce centre commercial participe au développement de l’économie ivoirienne. Le marché traditionnel est et restera longtemps un acteur majeur en Côte d’Ivoire.

S.I.: Après la Côte d’Ivoire, quels sont les pays africains où vous comptez déposer vos valises ?

J.P.D.: Après la Côte d’Ivoire, nous comptons nous développer au Cameroun, en fin d’année prochaine, au Nigeria en 2017.

Source : Soir Info

Mots-Clés

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “Carrefour à Abidjan : «Aujourd’hui, nous avons signé 110 contrats avec des producteurs et fournisseurs de Côte d’Ivoire»”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
Veille stratégique : un outil devenu nécessité pour beaucoup d’industriels

Le baromètre Digimind 2012 témoigne de la demande croissante de...

Fermer