C2D : 66 milliards de FCFA pour améliorer les systèmes judiciaire et pénitentiaire

La visite de travail en Côte d’Ivoire du Premier Ministre français a été très bénéfique pour le pays hôte. Le 31 octobre – deuxième et dernier jour de sa visite ¬après avoir visité, tôt dans la matinée, l’usine de chocolat Cemoi en zone industrielle de Yopougon et inauguré la station de pompage d’Adonkoi, Manuel Valls a co-présidé dans l’après-midi, à la Primature au Plateau, avec son homologue ivoirien Daniel Kablan Duncan, la cérémonie de signature de la convention d’affectation du projet de renforcement du secteur de la justice en Côte d’Ivoire du deuxième Contrat de Désendettement et de Développement (C2D). Signé en décembre 2014 à Paris entre les deux pays, il porte sur un montant global, avec le premier C2D, de 120 millions d’euros (66,87 milliards de FCFA). «La France est plus que jamais déterminée à être le partenaire de référence de la Côte d’Ivoire dans tous les domaines. La Côte d’Ivoire a repris sa place de leader dans la région (…) Mais il y a encore des progrès à faire (…)

Cette convention dans le secteur de la justice est un acte qui s’inscrit dans le sens du progrès, car la justice est un élément fondamental de la bonne gouvernance et de l’État de droit. Il faut donc poursuivre les investissements dans ce domaine», a déclaré Manuel Valls en guise de réponse à Daniel Kablan Duncan qui, quelques minutes avant, avait clairement exprimé à ses hôtes français les attentes de la Côte d’Ivoire vis-à-vis de la France en ce qui concerne son développement, notamment son ambition de devenir émergente à l’horizon 2020. Mais aussi, la volonté des autorités à renforcer la coopération bilatérale sous toutes ses coutures. Et ce, afin que la France retrouve sa place de premier pays investisseur en Côte d’Ivoire perdue en 2015 au profit du Maroc, a précisé Kablan Duncan. La convention signée a pour princial objectif de contribuer à améliorer le système judiciaire et pénitentiaire ivoirien à travers des actions précises réunis en trois composantes. Il s’agit, en effet, de faciliter l’accès des populations à la justice par l’augmentation des capacités d’accueil des équipements du secteur. En complétant notamment de 35 milliards de FCFA le financement du programme de construction d’infrastructures judiciaires et pénitentiaires prévues dans le cadre du projet justice du premier C2D. Mais aussi d’améliorer l’efficacité et la modernité du système judiciaire en appuyant la formation des acteurs du système, et – les conditions des populations justiciables (les mineurs et les détenus). Sont prévus notamment dans ce projet, la construction d’un centre de correction des mineurs à Abidjan et deux centres de détentions provisoires à Abidjan et Man. Les signataires de l’accord sont, pour la partie ivoinenne, le Ministre en charge du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Abdourahmane Cissé et le Directeur Général de l’Agence Française de Développement (AFD), Rémy Rioux, et l’Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Georges Serre, pour la partie française.

Assurer le commerce extérieur

Parlant de la coopération entre son pays et la France «qui doit aller de l’avant», Kablan Duncan a formé le souhait que la France aide la Côte d’Ivoire à réaliser son projet de créer une compagnie ivoirienne d’assurance pour le commerce extérieur. La Côte d’Ivoire étant un grand pays exportateur de produits, notamment vers les pays africains avec lesquels elle réalise 33% de ses échanges. Il est également revenu sur les points essentiels qui dénotent la « qualité » et la «vitalité» de la coopération entre les deux pays. Notamment, le forum des affaires tenu les 28 et 29 avril dernier qui a rassemblé à Abidjan près de 400 personnalités du monde des affaires des deux pays. En termes de perspectives, le Chef du Gouvernement s’est félicité de « discussions bien avancées » avec l’AFD concernant des prêts concessionnels souverains qui devront permettre la mise en place d’un financement souverain à l’État. Il a également évoqué d’autres projets communs, notamment ceIui avec le groupe français Airbus pour les modalités de mise en œuvre d’un projet à moyen terme visant à faire de la Côte d’Ivoire un hub aéronautique de ce groupe en Afrique de l’Ouest francophone. En plus de la convention du volet justice du C2D, deux autres protocoles d’accord ont été signés au titre du Ministère des Infrastructures Economiques avec les Sociétés Veolia Africa et Suez International. Ces conventions s’inscrivent dans la politique du Gouvernement de renforcer durablement l’offre d’eau potable aussi bien dans le District d’Abidjan que dans les villes de l’intérieur. La tournée ouest-africaine de Manuel Valls qui a débuté le 28 octobre, à Lomé au Togo, a pris fin après l’inauguration du Centre Culturel Français rénové sis à Abidjan-Plateau.

Source : Fraternité Matin

Mots-Clés

Articles que vous pourriez aimer...

0 Commentaire(s) sur “C2D : 66 milliards de FCFA pour améliorer les systèmes judiciaire et pénitentiaire”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Serendipité

Lire plus :
Assurance en Afrique : Voici les problèmes auxquels il faut rapidement faire face

Le troisième jour des Assemblées annuelles de la Banque Africaine...

Fermer